THE WISEMEN COUNCIL

Fondementsd’ÉcoAnimisme

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Segla, Arnaud, 1978-, auteur

Fondements d’Éco Animisme / Arnaud Segla.

(Méthode Ka)

ISBN KDP : 9781790895502

1. Secteur informel (Économie politique). 2.
Animisme. I. Wisemen Council, organisme de publication. II.
Titre.

HD2341.S43 2018 338.6’42
C2018-942178-9

Dépôt légal
Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2018 Bibliothèque et Archives Canada, 2018

Maquette et mise en pages:ASSOUKA
Photo de couverture © mike_experto
Conception couverture:SullyvanAguiar Paterson
admin@thewisemencouncil.com.

 

“Chaque Homme est important
aux yeux de Dieu”

Au nom de Dieu, le Juge, le Sage.

Merci à Daniel pour m’avoir offert la chance d’entamer ma recherche dans les murs de l’Institut Européen des Affaires à Paris.

Aux acteurs de la renaissance africaine qui choisiront l’économie comme nouveau lieu d’affirmation par la valorisation de la foi (force et moteur) en la voie informelle.

Sommaire
Sommaire 5
Introduction 7
RAPPELS INTRODUCTIFS 9
Eco animisme : L’économie par l’animisme et la spiritualité? 9
Afrique: Efforts d‘attitudes pour prières économiques 13
Indice de Cohérence Eco-humain 16
Principes Éco animiste et concordance rites – pratiques 17
Le Temps : un étalon* pour l’Éco animiste 18
PHILOSOPHIE KA 21
Management Eco animiste. 21
Définition de la Méthode Ka 22
Définition de l’Éco animisme 22
Description du Lean Intention 23
Présentation de la Technique Share Wiser 23
PARTIE I. ÉQUILIBRE ÉCO ANIMISTE. OFFRE SIMPLE ET DEMANDE SIMPLE 25
Équilibre dans l’économie classique 25
Équilibre Éco animiste 27
Établissement du prix simple de marché 28
Exemple d’un marché win-win 28
Exemple d’un marché lose-lose 30
Généralisation 32
Notion d’effort pour atteindre le prix simple d’équilibre 34
Exemple de représentation des fluctuations d’effort 39
PARTIE II. CIRCULATION DES FLUX MONÉTAIRES (RICHESSE) ET D’INFORMATION (CONFIANCE ET PLAISIR) 41
Diagrammes des dynamiques Éco animiste 41
Écoulement de la vie économique 44
PARTIE III. SIMULATION DE LA REPONSE D’UNE INITIATIVE OU STRUCTURE ÉCONOMIQUE AU MARCHÉ (ATTITUDES DU CONSOMMATEUR) 45
PARTIE IV. PROFIL DE L’ACTEUR ÉCO ANIMISTE 51
PARTIE V. FREIN À L’ÉCO ANIMISME : LA POSSESSION 58
PARTIE VI. IMPORTANCE DU PARTAGE : LES PARCOURS DE VIE 63
Description des parcours 67
Importance du partage d’information et de monnaie 70
PARTIE VII. FORCE ET MOTEUR DE L’ÉCO ANIMISME 72
PARTIE VIII. VISION DU FUTUR : MADE IN AFRICA 77
Conclusion 82
Annexe 84
Références 86
Dans notre Collection 87
Collection Développement économique : 87
Collection Identité ethnique : 90
Collection développement durable : 92

Introduction

Pour bien saisir le contenu de cette étude, il est bon de se plonger dans sa spiritualité intime (même profane) et dans sa connaissance scientifique. Le fait de ne pas éprouver de croyances particulières n’est pas un frein pour saisir les rouages des mécanismes économiques qui sont présentés ici. L’animisme est une foi fondamentale et primordiale qui est sous-jacente ou adjacente à la plupart des dogmes religieux et courants spirituels. Une question d’immanence ou de transcendance de Dieu. L’Animisme offre donc une universalité à l’approche que nous proposons à l’économie à titre de nouveauté voire de résurgence. La soumission (Islam universel et non limité à la Umma du Saint Prophète (psl)) complémentaire de ce corps de pensée au réalisme scientifique sert à apaiser et à justifier l’intuition de départ. Les fluctuations du marché (information et monnaie) sont appréhendées par le truchement d’un système de correspondance symbolique et effective constituant une nomenclature et des gammes. En tant que Croyant en la Simplicité (philosophie et style de vie) être dans l’insuffisance de revenu et de charisme est perçue comme dette envers la qualité de la Vie à travers nos capacités et notre capital. Elle est à corriger mais n’empêche pas d’avoir pour modèle d’accomplissement El Hadj Omar FoutiyouTall (comme Cheikh Ahmed Tidjani) avec son livre « Ar Rimah » pour ce qui est de la Fierté et El hadj Omar Bongo Ondimba (comme Mansa Moussa) avec son livre « Le petit livre vert » pour ce qui est du Patrimoine. La Voie pour y parvenir est celle qui chemine jusqu’à vous et qui fait du sens pour vous et vous fait choisir le ou les Guides appropriés. Il faut donc se réapproprier l’exercice de sa spiritualité personnelle dans le sillage commun de l’Animisme et de l’Islam (Jn 4, 23-24) en toute universalité.

Ainsi, on entre alors dans une ère ou la spiritualité vient faire sa place dans l’économie, qui devient outil, non pas en régulateur mais en maitre d’œuvre de la lutte contre la pauvreté. Cette dernière est mise au ban de l’évolution humaine. A terme, le fiduciaire et le scriptural devrait laisser place à des échanges monétaires par voie numérique sécurisés (si possible à l’abri de la cybercriminalité et sans spéculation). Pourquoi ne pas alors avoir la vision d’une cryptomonnaie africaine à index tangibles basés sur le patrimoine où les ressources naturelles remplaceraient la dépendance aux monnaies issues de partenariats déséquilibrés par les lourds héritages de l’histoire. Ce que certains pays d’Afrique expérimentent en pionniers avec les téléphones cellulaires reste à la portée de tous et brise la fracture Internet pour définir cette nouvelle règle de la valeur dans l’économie mondiale vue sous l’angle de l’apport des communautés. Cela reste cependant insuffisant car la jonction avec le potentiel des diasporas passe par une révolution dans l’accès à des infrastructures complémentaire telles l’Internet. L’Éco Animisme est un défi pour les communautés qui luttent contre un statut quo impérialisme-complaisance qui les prive de meilleurs revenus et d’un meilleur droit à valoriser la nature de leur rapport à la terre et aux Hommes. Toutes deux (avec la Méthode Ka) ne seront jugées que par l’impact qu’elles ont sur l’accomplissement socioéconomique des acteurs et des communautés qui auront su les comprendre et les mettre en pratique avec foi. C’est donc un nouveau Point de départ.

« L’Éco animisme se pratique un téléphone intelligent par foi à une main et une tablette pour la loi dans l’autre »

RAPPELS INTRODUCTIFS
Eco animisme : L’économie par l’animisme et la spiritualité?
L’éco animisme ou économie animiste vise à utiliser l’attitude et la pensée animiste et sa relation au monde (respect de la nature, des hommes, des interactions entre les forces cosmiques) pour guider les choix économiques et les méthodes managériales. La pratique des rites et cultes est laissée à la discrétion des individus ((notamment pour ouvrir la voie de leur destin lorsque celle-ci a été occultée spirituellement à un moment de la vie . Cette phrase a son importance.

La méthode Ka s’inscrit dans cette nouvelle vision du monde des affaires. Elle consiste à donner une âme à son entreprise et à la personnifier tout en lui créant les conditions nécessaires à son développement et à son accomplissement. L’acteur économique est identifié à sa caractéristique d’individu Croyant. Le but de cette méthode est d’établir la performance nécessaire à l’acquisition d’une richesse simple c’est-à-dire les biens nécessaires à la non entrave du développement spirituel. C’est un objectif qui peut être individuel ou applicable à un groupe mais sa mise en œuvre reste informelle et empirique. Le développement Agile et le Lean management font partie toutefois des outils pertinents pour accompagner l’élaboration du Système de référence ou corps de connaissance. Ce courant de pensée économique a pour axiome principal : « La responsabilité du Croyant est de s’accomplir spirituellement et matériellement ». Cela implique pour lui de : « S’affranchir des contraintes matérielles afin de favoriser l’accomplissement spirituel ». Il ne s’agit pas ici d’une ascèse mais de la recherche d’une richesse simple respectant un ensemble de principes informels. Les contraintes matérielles sont constituées, par exemple, par la précarité, le surendettement, la surconsommation, l’accès difficile à une retraite décente ou l’impuissance à constituer un patrimoine transmissible…

Il est important de préciser dans quel contexte l’animisme est utilisé ici dans un courant de pensée économique. Plusieurs oppositions peuvent en effet voir le jour contre une forme de pratique religieuse traditionnelle qui s’oppose aux dogmes des principales religions monothéistes qui influencent le monde. Néanmoins, il ne s’agit pas de développer qu’une sagesse des affaires mais bien une pensée économique avec ses outils, méthodes et applications qui respectent la sensibilité élémentaire de certains peuples.

L’Unicité de Dieu n’est à aucun moment remis en cause dans le développement de ce courant de pensée. Le polythéisme diffère de l’Animisme. Il semble pour beaucoup que le polythéisme est une involution du monothéisme et que certains personnages apparaissent à un moment donné de l’histoire pour donner un Rappel clair de la conception originelle sur Le Dieu Créateur entre autres Son Unicité, Son Omnipotence et Son Omniscience.

Selon J. C. Froelich dans son livre « Animismes, les religions païennes de l’Afrique de l’ouest » paru aux éditions de l’Orante, Le polythéisme diffère de l’Animisme (Rappelons-le). Ce dernier peut être souvent vu comme du monothéisme à représentation polymorphique. Des dieux secondaires servent de médiateurs entre les hommes et Le grand Dieu. Rendre un culte à Dieu en reconnaissant les autres dieux donne naissance à ce qui est appelé « l’hénothéisme » par les spécialistes en la matière. Le dieu, souvent l’ancêtre moniteur est lié à l’individu contemporain au sein d’un groupe par une longue chaine. Les panthéons ainsi créés sont spécifiques à chaque peuple incluant un Dieu Créateur et souvent un Héros civilisateur, ou moniteur, ancêtre divinisé des hommes. Ces dieux secondaires, forces de la nature, génies invisibles et autres créatures, premiers occupants et maitre du terroir ou les ancêtres sont subordonnées au Créateur.

Dieu crée l’Âme du monde et la force vitale qui réside dans chaque élément. Les dieux inférieurs suivent comme une fidèle administration. La force vitale est mue par les êtres dont l’Homme par ses sacrifices et sa parole. Présente depuis la nuit des temps, la force vitale permet à l’Homme depar le respect des prescriptions de la conserver et l’accroitreenlui et sa communauté. Le Dieu Créateur est la Cause première et un centre émetteur de force originelle qui alimente un circuit d’énergie qui, parti de lui, anime tout et revient à lui. Sans être magicien ou sorcier nous croyons que l’économie aussi peut déplacer cette force et en faire usage. Afin d’habiliter les peuples de traditions animiste souvent en développement (si on peut se permettre ce cliché) à prendre une part active dans l’économie mondialisée, Il est mieux dans notre idée de bâtir les outils, méthodes et théories utiles pour le réaliser. Ceci constitue un défi de taille à la portée de ce peuple ou une utopie selon sa croyance.

Pour bien comprendre J. C. Froelich qui a ouvert cet exposé à cette science en l’absence d’un contact, à ce jour, avec une lignée traditionnelle et initiatique, le mot « animisme » définit la croyance en l’existence d’un principe immatériel, d’une « âme » résidant dans les être et toutes les choses, visibles et invisibles. Que ce soit donc pour les religions du paganisme des cultures primordiales ou une vision cosmique de la présence d’une « conscience élémentaire » dans les plus infimes particules de la matière, l’harmonie semble demeurer entre traditions culturelles et Révélation vivante du monothéisme.

Partant de cette longue explication sur le sens profond de l’Animisme dans l’usage qu’il est proposé d’en faire, le monde économique cesse d’être ce qui nous a été enseigné et d’autres perspectives peuvent s’ouvrir à nous sans réelle initiation et de façon informelle. Ce nouveau courant de pensée parmi tant d’autres peut se faire du tort ou être au-dessus d’autres ou s’atteler à rester entre ces deux frontières : économie et spiritualité.

Dans la conception et l’apprentissage reçu, on s’attelle à connaitre les lois du marché qui guident les échanges mondiaux libéralisés ou non et, par qui, les états sont en interaction perpétuelle pour créer la moindre richesse matérielle (PIB, Inc etc.) et s’imposer à l’échiquier international et affirmer leur souveraineté. Les monnaies séculières et de refuge tel l’or et l’argent ou le troc dans une économie locale ne sont plus accessibles pour la plupart des peuples attachés à leurs traditions et le passage par une cotation en bourse est quasi obligatoire. C’est donc avec les devises de chaque région que doivent s’édicter les méthodes de commerce pour les acteurs potentiels intéressés à participer à ce courant. Une adaptation au contemporain qui se fait une place dans les habitudes de vie de tout un continent et des peuples partageant les mêmes réalités. L’habitude de l’adaptation.

La nouvelle attitude serait de ne plus avoir de crainte à l’idée d’une affirmation économiques et des défis pour faire avancer les états, peuples et civilisations en lieu et place d’une attente inlassable des aides extérieurs et de baigner dans une résignation et de constituer ainsi une grande inertie. Prendre en main son développement, sa souveraineté et son affirmation; sans doute une question de fierté. Des voix unis venant de la diaspora et du continent pas seulement africain mais un continent aux limites du tiers voire du quart monde peuvent à présent apporter leur contribution à bâtir une alternative à des courants économiques au contenu implacable qui sont imposés sans l’appréhension de ses subtilités par les peuples cibles par manque de réalisme (d’indépendance?) ou par un accès insuffisant aux systèmes d’éducation sensés présenter ces matières. Un fossé sépare souvent les dirigeants et les administrés, élites et couches populaires, intérêts et impuissance. C’est une aventure de longue haleine pour laquelle on se doit de bâtir une science empirique renforcée par des résultats de travaux de spécialistes. La contribution de tout connaissant est la bienvenue et des exemples de réalisation à large échelle telle Wikipédia montre la puissance de l’interconnexion par Internet et du contrôle mutuel. Que coute-t-il d’essayer? Rien sinon le confort de n’avoir rien tenté pour sortir par notre propre initiatives les générations futures du lourd tribut des erreurs de l’histoire. Créer une synergie entre les connaissances est un montre d’unité. Serait-ce cela laver un karma économique? Que sais-je ? Nous avons à apprendre des autres cultures et pour nous améliorer. Les initiatives ne se font pas attendre sur le parcours de notre civilisation mais a-t-on la patience de les saisir et de les mener à bien?

L’Afrique recèle de pratiques simples qui alimentent le quotidien du commerce informel ou des sociétés et groupe de vie traditionnels. Plusieurs peuples ont leur tradition dans le commerce, l’agriculture, l’élevage ou la pêche associés à un sous-sol et des ressources naturelles encore exploitables de façon équitable, durables et écologiques qui doivent pouvoir alimenter une dynamique de transition vers un secteur tertiaire et être ainsi un avantage concurrentiel parmi tant d’autres issus de ceux potentiels du continent noir. De Tripoli à Johannesburg en passant par Luanda ou Addis-Abeba, l’inventaire et l’analyse de nos pratiques domestiques serait l’excellent point de départ pour tirer profit d’une richesse culturelle et adhérer à la bonne pensée économique devant créer de la richesse simple par nos efforts communs.
Afrique: Efforts d‘attitudes pour prières économiques
Il n’est pas aisé de sortir des sentiers balisés de l’économie et d’y apporter le complément spirituel en accordance avec certains peuples vivant de foi et d’informel. Les cercles d’entrepreneurs sont beaucoup plus enclins à une laïcité qui voile les différences. Nous croyons que les prises de position envers une réelle tolérance spirituelle sur les lieux d’exercice des affaires dérangent car elles sortent du confort des normes établies mais il faut cependant reconnaitre qu’il y a un bien fondé et un besoin de cette nouvelle attitude. Ce qui est appréciable c’est que cela offre une alternative unique au continent et à sa diaspora. Un espoir de le voir un jour s’affirmer face au pouvoir des grandes puissances économiques et leurs dictats institutionnels. La foi et l’informel sont les atouts humains majeurs du continent mais il faut les discipliner pour en faire un bon usage, tirer profit de leur potentiel. C’est précisément là, s’affirmer avec des caractéristiques intrinsèques sur l’échiquier mondial.

Nous avons été créés avec une propension naturelle à la foi. Elle nous habite et nous en vivons. Elle ne doit avoir que Dieu comme unique Destinataire. Mais dans quoi investissons nous ce don ? Pour quel culte, pour quelles idoles en faisons-nous usage ? Ce type d’arguments reste une épine pour les sciences économiques et le management.

Nous nous devons de transcender nos us et coutumes, et nos cultes et rites traditionnels et les mettre au service de l’économie. Nous passons le clair de notre temps à prier pour la prospérité dans nos vies et la protection divine. Nous oublions trop souvent d’y associer des efforts francs et persévérants pour obtenir ce que l’on veut. La prière de notre ère est l’effort au quotidien pour dominer dans nos secteurs d’activité. Dieu a besoin de fidèles et performants serviteurs pour relayer l’action de Sa Main omnipotente en intermédiaires soumis. Le miracle ne pourrait être un mode de construction viable pour une civilisation au sang et à la peau noire. Celle des opprimés économiques qui veulent à nouveau être maitre de leur destinée dans l’harmonie avec les lois naturelles, cosmique et la Volonté divine.

L’usage de la science animiste est trop souvent dirigé vers l’idolâtrie, vers de fausses entités qui donnent un bonheur éphémère et des conditions toujours assortie d’une contrepartie insatiable et instable. Ceux qui vouent ce culte doivent aller plus loin que les simples pratiques magiques néfastes pour la communauté. La pensée animiste est riche et profonde. Elle doit nous permettre de nous relever et de travailler pour notre essor. Le seul culte qu’il vaille la peine est celui adressé au Dieu unique dans une soumission sincère. La pensée animiste et les pratiques traditionnelles se doivent d’être transmuté vers un référentiel profane pour aider la multitude et laisser le contexte ésotérique aux seuls initiés volontaires. Nous avons une mine de connaissance naturelle en nous et à travers notre culture. Celle-ci a été souvent condamnée car mal comprise. Il est temps de lui donner une dernière chance de prouver au monde sa capacité à générer de la richesse de façon profane et sans maléfices et pratique obscures.

Le principe de base est simple : Dans une analogie entre économie et animisme, la prière de l’acteur économique Croyant, représenté par ses efforts, accompagne le sacrifice rituel de son offrande, c’est à dire le projet réussi, pour obtenir du dieux secondaire ou du génie, que constitue le client qu’on lie par contrat, la libération en retour de la force vitale utile à l’acteur économique Croyant, symbolisée par la valeur monétaire (l’argent), et maintenir ainsi l’équilibre cosmique, que représentent ici les échanges libéralisés. Il est important de faire des efforts en communauté comme une prière d’un rite économique.

C’est donc faire un usage profane de nos sciences occultes pour notre essor économique. Cela nous permet d’avoir non seulement la connaissance de nos propres théories avec l’avantage de la proximité conceptuelle mais aussi d’avoir l’opportunité de pouvoir sortir le continent et la diaspora de son marasme par nos propres efforts en tant que prières.
Indice de Cohérence Eco-humain
Il est facile de plaisanter avec les désaccords de la Révélation et des spéculations. On ne peut pas pour autant se réduire à l’idée d’investir illégitimement sa croyance en la rédemption d’un Peuple dans des théories inadaptées. Le sujet peut fâcher mais on se doit de trancher et se faire une idée claire et limpide qui puisse renforcer la foi et appeler à l’adhésion. La tolérance et la Vérité doivent primer. C’est un simple exercice d’ouverture d’esprit et de mise en branle de la force d’action d’un continent.

Cette forme d’économie liée à la spiritualité semble déplacée à afficher dans les Cités mais est le ciment de réussite des modèles de société des pays en voie d’émergence et d’affirmation. La foi des Croyants n’a pas d’indicateurs probants à mettre dans le tableau de bord évaluant la performance économique des états. Pourtant elle semble le moteur utile des nouvelles économies qui choisiront de redéfinir leurs perspectives et de se repositionner par rapport à l’économie classique.

Dans les ambassades des Cités, beaucoup d’entrepreneurs du continent viennent quémander le droit de dépenser leur argent le temps d’un court séjour professionnel et de faire tourner les chiffres du tourisme d’affaires. Privilège qu’ils payent durement en se levant tôt pour prendre place dans la file d’attente du service des visas, file d’attente des sévices des puissants qui ne s’épuisent pas à énumérer une liste de documents de plus en plus contraignants. La libéralisation va dans un sens et peu d’états ont le courage d’imposer la réciprocité tant leur économie a besoin de la présence d’investisseurs sur leur sol. Qu’ils y soient comme chez eux voire même au-delà : que les états eux-mêmes ne se sentent plus chez eux.

L’Indice de Développement Humain, le Produit Intérieur Brut et bien d’autres indicateurs ont longtemps été pris en compte pour classer les économies mondiales. La foi et le lien à la tradition ne s’y reflète pas. Pourtant un peuple qui se reconnait dans sa culture et ses traditions n’a pas à être sous l’influence voire la domination d’autre civilisations. Cette satisfaction culturelle est à maintenir et sa dégradation montre le mal vivre identitaire du dit peuple étant entendu bien sûr que les peuples s’influencent mutuellement. Pourtant le degré d’emprunt aux autres cultures semble faible lorsque le sentiment de fierté nationale et d’appartenance culturelle est profond et sincère. Un Indice de Cohérence Eco-humain, à définir, pourrait montrer le respect du rapport de l’humain à la Terre. Cela indiquerait aussi la souveraineté endogène effective des peuples et non leur dépendance économique due à des conditions historiques différentes. L’impact de cet Indice sur l’économie serait de ne pas lier la réussite économique à la simple production de biens et services mais aussi au maintien des identités culturelles et traditionnelles, la préservation de la nature (écologie et biodiversité) et du patrimoine humain ainsi que les efforts pour le développement de solutions durables dans la création de richesse. Un tel classement chamboulerait quelque peu la pyramide bien établie en plaçant des pays « en émergence » et en affirmation dans le peloton de tête de la préservation du patrimoine humain et terrestre.
Principes Éco animiste et concordance rites – pratiques
Rappel. Dans une analogie entre économie et animisme, la prière de l’acteur économique Croyant, représenté par ses efforts, accompagne le sacrifice rituel de son offrande, c’est à dire le projet réussi, pour obtenir du dieux secondaire ou du génie, que constitue le client qu’on lie par contrat, la libération en retour de la force vitale utile à l’acteur économique Croyant, symbolisée par la valeur monétaire, et maintenir ainsi l’équilibre cosmique, que représentent ici les échanges dans l’économie mondiale.

Il est important de faire des efforts en communauté comme une prière d’un rite économique. L’information est associée à la valeur monétaire de même que la voix est associée au sacrifice.
Le Temps : un étalon* pour l’Éco animiste
Le principe Éco animiste met facilement en lumière la sensibilité aux états de tension. Le projet d’affaires Éco animiste voit l’essentiel de son action consister à poser les bases d’un résultat attendu et à administrer les actions pour accompagner l’attente de l’accomplissement du livrable à l’issu du temps naturel de développement issus de l’effort calculé pour l’action du projet. Le Temps est considéré comme un « mètre » et non comme un « maître » (*Monture et référentiel).

Dans un projet d’affaires Éco animiste, il peut se créer des tensions pendant l’attente de l’accomplissement d’un livrable futur. Cela peut être le fait d’un manque d’information ou de visibilité sur le processus par lequel le livrable sera obtenu ou tout simplement par l’inadéquation de l’Attitude de l’acteur Éco animiste qui n’aligne pas ces attentes sur les réalités temporelle et ne s’adapte pas aux ressources disponibles dans l’environnement du projet. Un autre type de tension peut se créer entre deux pôles d’action au sein du projet (finances, coordination, commercialisation…). Cela est encore le fait d’un déficit de partage de l’information pour faire converger l’action motrice pour le projet vers un point médian dit de « modération ». Les extrêmes sont à aplanir idéalement pour éviter de créer ces tensions dans un des paramètres du projet. Dans tous les cas l’équilibre Éco Animiste, nous allons le voir, impose une pleine et parfaite circulation de l’information et une harmonie dans le rapport au Temps.

Pour illustrer ce dernier point prenons deux cas de tension : l’un dans une différence de fonctionnement entre deux acteurs d’un projet et l’autre dans le cas d’une incertitude (absence de retour) quant aux effets d’une action incitative.

Deux acteurs, un infographiste et un planificateur, peuvent travailler ensemble sur la livraison de l’aspect visuel d’un site Internet. L’infographiste a réellement du talent mais manque de structuration dans son travail. Les étapes de son travail ne sont pas claires et son action manque de visibilité. Le planificateur plus rigoureux quant à lui a le souci de la livraison au client dans le temps imparti. Il est habitué à utiliser de rétroaction pour suivre l’évolution du projet et s’adapter les ressources aux tâches. Le planificateur passe son temps à demander des comptes rendus à l’infographiste qui répond par le silence pour affirmer son indépendance et maintenir sa liberté de création. La tension qui réside entre est dû à des différences de profil et de façon de faire. Le point de modération serait de fixer des jalons explicites et commun pour l’avancement du livrable et de laisser chaque acteur libre de gérer son quotidien professionnel. Il s’agit d’une modération par harmonisation du rapport au temps.

Un consultant décèle une opportunité d’affaires chez une personne de son réseau. Il fait une offre qui correspondrait à l’état des besoins de ce potentiel client. Il n’obtient pas de réponse cependant. Après plusieurs relances le consultant décide de revoir sa stratégie car il ne veut pas donner l’air de harceler le prospect. Il tient à signer ce contrat qui lui permettrait de consolider ses finances. Il est face à une incertitude face à l’accueil de sa proposition commercial. L’absence de réponse ou de rétroaction dans l’information émise pousse naturellement à spéculer ce qui est peu recommandé dans les principes de l’Éco animisme où la patience est de mise après que l’Effort Lean (issu de l’Intention Lean) ait été fourni. Ici, on est en présence d’un déficit de circulation de l’information. La tension se situe entre les attentes du consultant et la raison du silence. Le point de modération serait d’identifier un relais facilitateur (connaissant le client potentiel et proche du consultant) par lequel l’information pourrait arriver jusqu’au consultant et lui permettre de réagir. Il s’agit d’une modération par remise en circulation de l’information.

La stratégie vis-à-vis du temps est un fondement de la Méthode Ka et de l’Éco animisme.

PHILOSOPHIE KA

« La foi est notre force et notre moteur ». Le fondement de la foi c’est Dieu. Il ne peut y avoir de foi en dehors de lui. Quand bien même nous définirions une foi personnelle ou spécifique, celle-ci ne peut se définir que comme œuvre ou partie de la Foi en Dieu. Une foi en bien ou en mal qui subsiste par elle-même et en dehors de Dieu a sans doute les attributs de la « transgression ». Toute transgression est condamnable et combattue par le Croyant.

N.B. : « J’estime que tout culte et adoration doivent être rendus à Dieu seul quelque soient le peuple, la région, l’ère ou la forme prise. C’est l’unique raison de la création de l’Homme et du Djinn. En revanche on a un devoir de mémoire envers nos ancêtres par le maintien de la transmission fidèle de l’Histoire, de la Science ou des mythes, de l’ordre social etc. ainsi que des racines culturelles du groupe auquel nous appartenons de fait par héritage ou alliance. Le tout mis au jour de l’évolution de l’humanité. Cela implique une initiation simple pour aider à l’éveil de la connaissance de l’Univers par l’observation ou révélation et notre adaptation à l’environnement contemporain. L’élévation se fait par la suite individuellement ou en communauté selon son Archétype ou sa famille spirituelle. Il n’est à aucun moment indiqué de rendre un culte aux ancêtres mais d’honorer voire garder la saveur spirituelle de chacun dans la grande Tradition de la Création. Vous êtes le sel de la Terre et vous Hommes êtes les dépositaires de la connaissance. »
Management Eco animiste.
L’Éco animisme est un mouvement d’économie politique qui s’adresse aux couches populaires et pauvres du monde entier. Elle offre une reconnaissance de la force informelle des populations précaires et leur apport et contribution dans l’économie mondiale. Le terme Éco animisme créé par Arnaud Segla et vulgarisé par celui-ci est dérivé du mot économie (diminutif Éco) et de l’animisme. C’est l’association des deux qui est présentement développée pour ouvrir une brèche dans les théories d’économie politique actuelles et permettre aux couches populaires pauvres et leurs sympathisants de trouver un modèle qui leur ressemble. C’est donc un modèle qui se veut populaire et non réservé à une élite. La méthode Ka est quant à elle une approche de management informelle basée sur les méthodes Agiles et Lean. Le but est de faciliter la création de richesse pour les acteurs économiques Croyants et le partage de celle-ci.

Les mécanismes présentés ici servent de base à une action adaptée sur le terrain de la part de ceux qui en saisissent la portée et souhaite la vulgariser.
Définition de la Méthode Ka
La Méthode Ka est une alternative informelle à la gestion de projets entrepreneuriaux par la structuration en unité administratives et économiques composites d’acquisition de revenu et pour la fréquentation de la communauté. Ces unités sont appelées Ka. Elle a recours au réalisme de l’intention vis-à-vis du Temps par le Lean, l’apprentissage informel de l’environnement financier par l’Agilité et l’adaptation au marché* par la Stratégie. Le tout contribue à enrichir les résultats du management interculturel.

*L’économie de communauté entretient des échanges avec l’économie de marché par la qualité (zone de médiation)
Définition de l’Éco animisme
L’Éco animisme est une approche à la fois idéologique et économique qui sous-tend une Attitude valorisant l’affranchissement des contraintes matérielles pour favoriser l’accomplissement identitaire et communautaire. Son application invite à des adaptations selon les diasporas et les couches populaires ou les utilités identifiées. Les fers de lance en sont les formes d’entrepreneuriat social, ethnique, informel et numérique qui assurent aux générations d’humain la satisfaction d’un pouvoir financier par le karma, les qualités, le capital et les capacités.
« Le pouvoir financier jouant dans l’essor économique d’un peuple s’obtient par la fréquentation communautaire et le patrimoine transmissible de chacun de ses membres. »
Description du Lean Intention
Le Lean Intention est une direction et une philosophie guidant l’Attitude. Une attitude est une disposition intérieure et un comportement extérieur. Le Lean Intention exhorte à une disposition intérieure de Simplicité et de confiance envers soi-même et envers Dieu ainsi qu’un comportement de Correction dans l’effort et la fierté dont les effets sont la Modération dans la gestion de la structure économique et donc de l’espace communautaire (alternative au marché). Le Lean Intention inspire la génération et la gestion d’un flux d’information et d’un flux monétaire issus de la promotion de l’activité économique à travers la Qualité et la performance vis-à-vis du Temps. La promotion a un sens exotérique : ensemble des moyens mis en œuvre pour promouvoir un bien un service ou un évènement en mettant sa valeur en avant. Et un sens ésotérique : élévation d’une ou plusieurs personnes (Peuple) ou de connaissances (Message), nominalement profanes à une identité (Sentiment de Fierté) ou un emploi supérieur (Transmission de Patrimoine) dans le cadre de l’économie de communauté.
Présentation de la Technique Share Wiser
La technique « Share Wiser » est une technique de promotion visant à fédérer une communauté de consommateur autour d’un message, d’une mission et d’une cause porté par un promoteur (un Share Wiser) dont le profil est transférable à un successeur qui aura la responsabilité de poursuivre la promotion avec la même structure mais sous d’autres déclinaisons adaptées à son environnement économique et ses aptitudes. Le but est de faire adhérer des membres pour créer une communauté autour d’un projet que l’on porte en son cœur (don ou mission divine) et qu’il est souhaitable d’honorer pour ne pas mettre son âme en situation de souffrance. En effet, le Système mondain et contemporain dans lequel on vit cantonne l’homme à un rôle de production et de consommation sans valoriser l’accomplissement humain. Contrairement à la théorie classique du Marketing qui est de dépasser les attentes du consommateur une fois un besoin décelé dans le marché en répondant par un produit ou un service, la technique Share Wiser tient compte du projet du promoteur qui va développer une utilité pour sa communauté par rapport à sa sensibilité et ses aspirations. La technique Share Wiser assure le convoiement de l’idée du promoteur de projet vers le marché pour trouver une communauté puis un public de plus en plus large pour rendre le projet économique viable et performant financièrement.

Les valeurs fondamentalement utiles pour œuvrer avec le corps de connaissance de la Méthode Ka est le courage (charisme) et la force d’action (promotion) qui sont la disposition intérieure et le comportement (Attitude) pour promouvoir son projet dans le marché et composer sa communauté.

PARTIE I. ÉQUILIBRE ÉCO ANIMISTE. OFFRE SIMPLE ET DEMANDE SIMPLE

Nous allons travailler avec des résultats connus du monde scientifique qui viendront en support de l’approche qu’il est question de mettre en place. Les variables classiques sont conservées pour faciliter la compréhension et la transposition du champ scientifique à l’approche Éco animiste.

Il est important d’avoir à l’esprit qu’il s’agit d’un mode de présentation qui sied à ce que nous définissons comme « l’économie de communauté ». La force de l’Animisme est d’utiliser l’analogie dans la présence, celle de l’Islam est de se soumettre à la référence c’est pourquoi nous utiliserons des résultats connus d’autres sciences (décloisonnement) en le justifiant par l’expérimentation sur le terrain (environnement économique).

Équilibre dans l’économie classique
De façon simple dans l’économie classique, la courbe d’offre d’un bien établit une relation entre la quantité d’un produit offert à la vente par les vendeurs pour un prix donné. Ainsi Lorsque les prix montent, l’offre a tendance à augmenter et lorsque les prix baissent, l’offre a tendance à baisser. De même la courbe de demande montre l’évolution de la quantité d’un certain produit demandée par les acheteurs pour un prix donné. Lorsque les prix montent, la demande a tendance à baisser et lorsque les prix baissent, la demande a tendance à augmenter. On atteint une intersection entre les deux sur un marché pour un prix donné qui est le prix d’équilibre.

Équilibre Éco animiste
Dans la Méthode Ka et l’Éco Animisme nous soulignons le caractère cyclique des échanges économique (spirale du management Ka) qui amène à répéter l’activité du projet d’affaires sous forme d’itération et d’incrément. La forme de représentation appropriée de ces échanges est celle d’un cercle trigonométrique où l’offre simple est sur l’ordonnée du repère (fonction sinus) et la demande simple sur l’abscisse (fonction cosinus). Le prix simple s’établit pour une information donnée qui varie en sens positif ou négatif sur le cercle. A l’origine l’offre est nulle et on est au seuil de rentabilité pour le producteur. De même la demande est nulle et est au chômage parfait.

Observons certains cas de figure d’établissement du prix simple de marché pour nous familiariser avec le type de représentation. Le but est de définir le prix d’établissement d’un équilibre équitable entre le producteur et le consommateur d’un produit ou d’un service dans un nouveau cycle en fonction de l’information disponible sur le marché communautaire (économie de communauté). Consommateurs et producteurs sont solidaires dans une communauté. Cette information peut pousser le consommateur et le producteur au plaisir (en cas d’essor) ou à la confiance (en cas de crise).

Établissement du prix simple de marché
Exemple d’un marché win-win
Lorsque l’information est positive (plaisir) à la fois pour le consommateur et pour le producteur ils sont respectivement portés à acheter et à vendre. Le prix simple s’établit de sorte que le producteur réalise un profit et le consommateur acquiert un revenu.

Les fonctions trigonométriques permettent de connaitre les différentes variables de cet état d’équilibre
Exemple d’un marché lose-lose
Lorsque l’information est négative (confiance) à la fois pour le consommateur et pour le producteur ils sont respectivement obligés à acheter et à vendre. Le prix simple s’établit de sorte que le producteur réalise une perte et le consommateur s’endette.

Les fonctions trigonométriques permettent de connaitre les différentes variables de cet état d’équilibre

Généralisation
Le prix permet au marché communautaire de résister à la fluctuation conjoncturelle en demandant une contribution de chacun soit en gain (profit ou revenu) soit en perte (perte ou dette). Ici l’accent est mis sur la préservation du marché qui permet de réguler les échanges économiques au sein du groupe. L’information est adressée de façon transposée aux consommateurs et aux producteurs en fonction du type de crise. Consommateur et producteur sont responsables de l’information qui circule dans la communauté et sont deux sources de même importance. Dans l’économie classique l’information sur l’offre et la demande font souvent l’objet d’une asymétrie ce qui se répercute sur le prix d’équilibre. Dans l’économie de communauté l’information est centrale elle vient de la fréquentation des consommateurs et des producteurs dans des zones d’échanges tels l’Internet (échanges virtuels), les marchés et lieux de rencontre (échanges physiques). Les blogs et les réseaux sociaux par exemple sont des relais de l’information des consommateurs à l’instar des publicités pour les producteurs.

Une crise sociale ou un essor social favorisent l’émission d’informations de confiance ou de plaisir aux deux profils d’acteurs économiques selon qu’ils ont à l’origine ou non à l’origine de la perturbation dans le cycle. De même une crise ou un essor monétaire favorisent l’émission d’informations de confiance ou de plaisir aux deux profils d’acteurs économiques selon qu’ils ont à l’origine ou non à l’origine de la perturbation dans le cycle

Il y a donc quatre cas de figures ou cadrans de l’équilibre Éco animiste.
Nous allons donc voir à présent les efforts nécessaires pour passer d’un cadran à l’autre selon le type de crise ou d’essor.

Notion d’effort pour atteindre le prix simple d’équilibre
L’information d’offre (traits plein) et de demande (en pointillé) que nous avons vue plus haut ont été représentée sur un repère où le prix est en ordonnée et l’effort sur une abscisse à deux orientations que l’information appelle à un effort d’attitude ou un effort de promotion.
Effort d’attitude et effort de promotion agissent en opposition. L’effort de promotion vise à émettre l’information pour générer l’Attitude adéquate (confiance, richesse ou plaisir) du producteur ou du consommateur pour que le prix d’équilibre s’établisse dans une zone équitable. De façon analogue l’effort d’attitude vise à encourager l’action sur le patrimoine (construction ou utilisation) pour le producteur et le consommateur pour que la valeur (pouvoir, patrimoine et fréquentation) de l’espace communautaire soit conservé.

Le prix présente pour la communauté un coût pour chacune des Attitudes (Plaisir, Confiance, Richesse) lorsqu’il est négatif et un bénéfice lorsqu’il est positif.

Les actions sont représentées par les tangentes de l’information d’offre ou de demande selon l’effort. On définit alors un taux d’intention lean de l’Attitude qui est la vitesse de l’action pour établir l’équilibre souhaité (accomplissement du projet) en fonction de la zone d’échange de l’information en fonction de l’effort. L’intention précédant l’Attitude puis l’action.

Exemple de représentation des fluctuations d’effort
Les flux monétaires (ventes d’un site) et d’information (trafic) peuvent être représentés au cours au relevé à partir de logiciel mis à la disposition de l’acteur économique.
Les fluctuations peuvent être plus ou moins prononcées au cours du temps.
Afin de déterminer la proportion du prix à faire supporter à chaque acteur économique en cas de perturbation (crise ou essor), une analyse du signal global (trafic sur la zone d’échange) est nécessaire. Elle permet de déterminer selon le degré d’analyse de l’information (numéro des raies) dans quelle mesure le prix simple doit impacter l’effort et la part qui revient à l’effort d’attitude ou à l’effort de promotion. Les raies paires présentent la contribution à consentir par le producteur et les raies impaires celle du consommateur pour maintenir le prix simple. Il peut arriver selon la forme de signal qu’un seul acteur soit sollicité selon le type de déséquilibre. C’est un autre mode de représentation pour comprendre la fluctuation de l’information et du prix dans la zone d’échange.
Pour l’information aléatoire discrète on utilise la fonction de Fourier en lieu et place de la série de Fourier.
PARTIE II. CIRCULATION DES FLUX MONÉTAIRES (RICHESSE) ET D’INFORMATION (CONFIANCE ET PLAISIR)

Nous présentons ici une série d’adaptation des résultats de la physique qui se prêtent à l’énoncé de l’approche de l’Éco animisme. Le but n’étant pas de recréer des théorèmes mais d’utiliser un matériel rationnel qui puise sa source dans une réalité spirituelle.

Les noms des variables d’origine sont conservés pour faciliter la compréhension par un public ayant des bases en sciences mais l’application est transposée à l’Éco animisme.

La lecture inverse des courbes se fait à partir des équivalences des termes Éco animiste et en utilisant les théorèmes de la physique.
Diagrammes des dynamiques Éco animiste
Les trois diagrammes suivants présentent la dynamique de création de richesse par l’effort de promotion. L’information de confiance (compression) créer un regain de richesse et celle de plaisir (détente) une atténuation de celle-ci. Dans le cas d’un cycle, il y a consommation de la richesse (patrimoine) sans effet sur le bien-être de la communauté. Il est important d’y réinvestir une part du revenu de l’activité pour créer un développement tangible.
P : Argent (Energie) – V : Information (Connaissance) – W : Richesse

De même, les trois diagrammes suivants présentent la dynamique de création de fréquentation par l’effort d’attitude. L’information de confiance (réchauffement) créer un regain de fréquentation et celle de plaisir (refroidissement) une atténuation de celle-ci. Dans le cas d’un cycle, il y a recours à la fierté (valeur) sans effet sur l’affirmation de la communauté. Il est important d’y réinvestir une part du revenu de l’activité pour créer une consommation modérée.

 

T : Confiance (Conscience) – S : Plaisir (Parole) – Q : Fréquentation
Le diagramme suivant présente le fonctionnement souhaité pour une structure Éco animiste. A partir d’un capital P1 investi dans le projet d’affaires à partir d’un financement initial, le double virtuel (Profil Internet) permet de générer de l’information (effort de promotion) à destination de la communauté. Il n’y pas de profit majeur réalisé car la promotion (confiance ou plaisir) constitue l’essentiel de l’effort financier. Celle-ci devient de moins en moins nécessaire lorsque le double virtuel est bien établi (information maximale VM) au sein de la communauté, l’effort se concentrer sur l’attitude et la gestion des ressources (voir fondement de la Méthode Ka) pour atteindre un captal P2 pour une information minimale Vm qui permet un investissement partiel dans la communauté, dans un autre projet et dans le patrimoine.

 

Dans les premiers temps de la vie Éco animiste, l’accent est mis sur le financement du projet d’affaires tout en recherchant l’accomplissement intérieur, la définition. L’accent est mis sur le double virtuel et l’identité pour rayonner. Il s’en suit une étape de travail du projet (production du livrable) pour établir la richesse nécessaire pour son patrimoine et pour le partage. Ce partage se fait par de l’investissement dans la communauté pour construire le patrimoine collectif en aidant d’autres projet d’affaires répondant à des utilités mais aussi en créant de l’emploi pour les membres touchés par la pauvreté.
Écoulement de la vie économique
Le fluide en écoulement dans le système S est constitué d’un ensemble de paramètres économiques représenté par les projets d’affaires ayant un caractère tangible et modéré. Il s’agit du caractère (attribut, capacités ou fréquentation) et du corps (ensemble, capital ou patrimoine) de la communauté des acteurs Éco Animistes.

 

S : Communauté des acteurs éco animistes (liés par le Sentiment de Simplicité) – P : Effort de promotion – T : Effort de charisme – c :
lean intention – v : capital – epm : ressources financières- u : pouvoir économique – w : patrimoine – q :fréquentation – t : temps

PARTIE III. SIMULATION DE LA REPONSE D’UNE INITIATIVE OU STRUCTURE ÉCONOMIQUE AU MARCHÉ (ATTITUDES DU CONSOMMATEUR)

Le but ici est d’établir une méthode prédictive de la réponse du marché à une initiative économique qui pourrait être un complément ou une alternative à une étude de marché lorsque l’information n’est pas disponible. Le principe de causalité de la Transformée de Laplace va nous permettre de naviguer entre les différents signaux de consommation attendus et le calcul par schéma bloc de modéliser les structures économiques

Rappel : les termes d’origine des sciences sources sont laissés pour favoriser l’adaptation symbolique des résultats sur le même modèle et pour mieux comprendre fonctionnement des systèmes.

 

Principe : Tracer le schéma-bloc de l’entreprise pour simuler la réponse à l’Attitude attendue du consommateur. Exemple :

Ici on retrouve les 5 découpages ou fonctions de gestion de base d’une structure Éco animiste et d’un Ka :

Correcteur : Relations extérieures (gestion des relations publiques et des relations avec les clients)Variateur : Financement (gestion du budget pour les phases du projet d’affaires)Moteur : Opérations (gestion des ressources humaines et matérielles)Réducteur : Investissement (gestion du patrimoine et du partage du revenu avec la communauté)Capteur : Veille informationnelle (gestion de l’information et des processus vs environnement économique)

 

 

La modélisation de la courbe de représentation de l’Attitude de consommation attendue permet de savoir quel type d’accomplissement est possible. La modélisation du découpage de la structure Éco animiste à titre de fonction de transfert permet soit de voir si la structure réponds convenablement au type d’Attitude soit de savoir quel type d’Attitude de consommation correspondrait le mieux à la structure Éco animiste. Il y a une relation optimale à trouver entre une forme d’Attitude de consommation et le découpage de la structure Éco animiste (fonction de transfert). Le correcteur reste une fonction importante car elle permet d’interagir avec l’Attitude du client pour que la forme du modèle à l’entrée de la fonction de transfert de la structure Éco animiste soit adaptée au traitement qui peut en être fait.

Les principes de transfert en boucle fermée, ouverte et boucle à retour unitaire peuvent s’appliquer si nécessaire pour raison de calcul et de simplification de la structure. Tout est une question de représentation et d’aide à la modélisation de la structure Éco Animiste.

La simulation suivante de la réponse du projet d’affaires Éco animiste à l’attitude du consommateur peut être un complément simple à l’étude de marché et peut être outil d’analyse stratégique. La Transformée de Laplace et la Transformée de Laplace inverse permette de passer d’un domaine de réponse à l’autre selon que l’information disponible est l’Attitude attendue du consommateur ou l’état d’accomplissement du producteur (Acteur Éco animiste). La table ci-après donne quelques exemples (si possible connaître les 2 courbes de base et tracer les 7 courbes d’Attitude attendue du consommateur pour mieux comprendre)

Dans cette partie il est bon de concevoir l’Amour comme la Fréquentation issue de la reconstruction de l’identité de soi et la Richesse comme l’accès au pouvoir d’acquisition potentiel de tout bien et services utiles à la constitution d’un confort de vie simple et providentiel. Tous deux composent l’accomplissement en affaires par l’effort de correction dans l’attitude et s’acquièrent sur le long terme.

La Richesse quant à elle doit être associée à la piété pour qu’elle soit concevable au sens de positionnement humain de l’Éco Animisme. La Richesse diffère du profit par le fait qu’elle est estimable et construite sur le long terme. Elle doit mener à la générosité pour la communauté et à la sincérité, vertu toujours appréciée de Dieu.

Les deux visent à établir l’âme dans une forme d’équilibre entre le Monde et la Terre, deux réalités duales de l’environnement dans lequel évoluent l’homo oeconomicus et l’homo animus (Homme attitude) qui sont les intermédiaires par lesquels les échanges et partages économiques se font.

Le besoin du consommateur est relié au plaisir attendu en retour.

(avec a, b, σ, ω, ρ, θ Є R)
Les propriétés fondamentales de la Transformée de Laplace s’appliquent.

Pour réaliser des simulations afin d’optimiser la réponse (Richesse, Fréquentation) en adaptant le modèle de la structure économique au modèle de consommation attendu, il est conseillé d’utiliser un logiciel (tel Matlab, Stilab, Octave…) ou de maîtriser les théories de traitement du signal et du calcul par schéma bloc.

« Au commencement était la libido de Vie, Loi, force vitale, fonction Rampe qui est l’intégrale au cours du temps de la convolution (peigne de Dirac) de la libido de possession, Énergie, fonction Échelon et de l’excitation de libido, stimulus par l’ego, fonction de Dirac. L’échantillonneur est l’Homme en tant que vicaire prototype et archétype (exemple l’homo erectus, l’homo sapiens, l’homo animus, l’homo oeconomicus etc.). Le bloqueur est l’égo minéral et réfractaire. La libido est le désir intime des dieux et de Dieu »

A chacun sa Vérité dans l’Amour divin en tant qu’Homme en Vie.

PARTIE IV. PROFIL DE L’ACTEUR ÉCO ANIMISTE

L’Animisme produit des dieux. Le culte est rendu à Dieu. Ici la voie spirituelle qui mène à cet état vicarial requiert un Amour de la Simplicité sur le plan de la disposition intérieure et de la Vérité par l’Honnêteté sur le plan du comportement le tout formant l’Effort d’Attitude par la Correction.

Il y a deux profils en opposition pour l’équilibre de l’oekumène de vie (Terre vs Monde séparé par l’Eau et sous l’égide du Ciel) :

• Les Forts, Spéculateur, se sent fort, ancien homo oeconomicus descendants de l’archétype du djinn (Intelligence – Temps)

• Les Simples, Éco Animiste, fait des efforts, nouveau homo Animus descendant de l’archétype du dieu (Sagesse – Providence)
Code de Correction : D : Détente ; H : Héritage ; M : Moteur ; A : Action ; (Awtad).F : Franchise-Fréquentation (Ghawth ; 2 a’immah)

Capital avec ego.

Le déni d’une des Capacités d’Action de base rend difficile la transcendance vers son Attitude Simple (Lâcher prise total).

Le but est de réduire l’écart entre les Capacités de base pour les unifier (implosion) dans un sentiment unique : Amour simple (Fréquentation-Amitié).
Équilibres d’immanence (inspiration de…) : M – D : Rire Noir ; F – H : Égo de puissance ;A : Attitude de Vie (Disposition intérieur);
• : Plaisir Confiant.

La Fréquentation à l’aboutissement de la quête d’Amour est le fruit du lâcher prise total engagé pour manifester sa Définition.
Déification.

Acceptation (Calme intérieur) issu de l’effort de charisme (Immanence)
« Le Coran a un intérieur (bâtin) et un extérieur (zâhir), une limite (hadd) et un point d’ascension (matli’) ». Hadith
« Le Réel me fit contempler la lumière du point d’ascension et le lever de l’astre du dévoilement et me dit : « C’est par la limite que tu t’élèves et elle ne te quitte jamais car sans l’extérieur, l’intérieur ne serait pas connu et sans la limite, le point d’ascension ne serait pas contemplé […] » Puis il me dit : « C’est par le point d’ascension que descend celui qui descend et que s’élève celui qui s’élève… » » Ibn Arabi.
Le Fort, Spéculateur et homo oeconomicus chute par malhonnêteté (mépris – noblesse – laisser aller) et la perte du sens de la prière et Le Simple, Éco Animiste et Homo Animus s’élève par la foi (confiance – effort – lâcher prise) dans l’acte sincère de la méditation profane.

La présente Voie (Noire) est celle de l’Attitude.
La Communauté.

Les nouveaux dieux.

L’Attitude issue de la Nature simple de l’être et de la Vie se compose de deux points. Le premier extérieur va donner une quête transcendante (effort de promotion ; Vie) par le comportement et la connexion au Temps pour l’acquisition de la Richesse simple (Permanence ; Patrimoine;).

Le point ici est la Définition et représente le Pôle spirituel (Qutb) des acteurs Éco animistes qui possède le potentiel de s’élever pour atteindre le degré divin (Ghawth). Voir Ibn Arabi, Le Mahdi et ses conseillers page 34, notes. Autrefois les dieux constituaient un panthéon qui se vivifiait à l’adoration de fidèles leur demandant des services. Ce panthéon n’intègre que des dieux soumis eux même et en rien substitut au Dieu unique et omnipotent encore moins associés à lui dans un quelconque partage de l’adoration. Les dieux autrefois étaient responsables à titre d’instrument d’une partie des Actes divins (intervention par voile). Ce qui a amené, pour certains croyants, à mécroire à l’Unité absolu de ces actes (Ibn Arabi, Le Mahdi et ses conseillers page 40). L’humanité a grandi et se fait élever peu à peu vers son titre honorifique au cœur de la création. Il est à présent question d’intégrer cette qualité de dieu à la spiritualité universelle et de combler le vide laissé par la mauvaise interprétation du culte des ancêtres. La réhabilitation des dieux et des ancêtres élus dans la lignée des avatars et vicaires dans la spiritualité universelle permet à la civilisation noire de s’affirmer comme modèle authentique où le dieu est l’équivalent honoré du prophète, saint, bouddha, sauveur…

Ainsi d’un système de valeurs (Connaissance, Confiance, Pouvoir et Libido) représentant la spiritualité de vie on développe intérieurement une transcendance vers un point d’accomplissement de vie (Amour simple). Ici donc la disposition intérieure de l’Attitude et le respect de la Nature et des autres est recherché dans une idée de « privation » temporaire et d’élévation.

L’acteur Éco animiste est représenté par l’homo animus.
La foi, force et moteur, pour mener cette quête intérieure est basée sur 5 principes Simples (4 vers la disposition intérieur et 1 vers le comportement) :

1 : « Patience et bonne humeur »
2 : « N’ayez pas peur »
3 : « There is no way to be a good guy on this earth »
4 : « Point de contrainte en religion »
5 : « Chaque Homme est important aux yeux de Dieu »

A l’issue de la quête le point doit intégrer la base de la pyramide en lui et s’élever par la même occasion de sorte que tous les 5 principes Simples appliqués se résument à l’Attitude Simple et au sentiment d’Amour Simple.

Voici les voies de transcendance Éco Animiste. Chaque acteur peut choisir selon sa position personnelle, son moteur et sa force :

PARTIE V. FREIN À L’ÉCO ANIMISME : LA POSSESSION

Nous voyons ici l’un des profils, différent de l’acteur Éco animiste, que nous identifions comme un profil à corriger pour une bonne écologie économique. Ce profil est marqué par une propension à la possession et la spéculation qui est un frein à l’Éco animisme. La ligne de pensée pour cette correction est de considérer que l’objet du fantasme révélé est de susciter la miséricorde lorsqu’on a consenti à transgresser. Il s’agit d’une correction de ce profil et pas d’une condamnation.

 

Code de spéculation : d : Danse ; h : Honnêteté ; m : Méditation ; a : Amour ; (Quatre nobles vérités).
f : Force-Foi (Paire vers Sion ou Vérité double)

Capacités sans ego.

Le déni du Capital de l’Âme rend difficile l’expression de son immanence à partir de son Attitude Simple (Lâcher prise total).

Le but est de produire l’éclat de son Capital (Lumière) pour le manifester (explosion) dans un patrimoine transmissible : Richesse simple (Richesse-Action).

 

Équilibres de transcendance (aspiration à…) : m – d : Attitude de Vie (Comportement) ; f – h : Égo de faiblesse ; a : Acceptation; • : Effort Calme.

La stimulation (stress) engendrant l’excitation de la libido est à l’origine de la Spéculation pour acquérir la Richesse.

Appel à la prophétie.

Courage pour l’Effort de promotion (transcendance)
« L’Homme du Coran se verra dire le jour de la Résurrection : « Lis et élève-toi, certes ta demeure (manzila) se trouve au dernier verset que tu liras » » Hadith
« Les « Couchants des Sagesses » ce sont les prophètes en tant que saints car en eux, en cette part secrète d’eux-mêmes qu’est leur walâya, s’occultent les Sagesses divines […]. Les prophètes en tant que tels, C’est-à-dire en tant que révélateurs des Lois sacrées, sont au contraire les « Levants des Sagesses ». » Ibn Arabi
Le Fort, Spéculateur et homo oeconomicus chute par malhonnêteté (mépris – paresse – laisser aller) et la perte du sens de la prière et Le Simple, Éco Animiste et homo Animus s’élève par la foi (confiance – effort – lâcher prise) dans l’acte sincère de la méditation profane.

La présente Voie (Sainte) est celle de la Foi.

Le Système de marché.

Les faux prophètes.

L’Attitude issue de la Nature simple de l’être et de la Vie se compose de deux points. Le second intérieur va donner une quête immanente (effort de charisme ; être) par la disposition intérieure et la connexion à la Providence pour l’acquisition de l’Amour simple (Franchise ; Fréquentation).

Le point ici est la possession et représente la propension médiatique des spéculateurs en économie de marché dans un système de représentation artificielle de la richesse basé sur des valeurs intangibles et visant la maximisation du profit et la soif de possession. Ainsi d’un point d’excitation de la libido représentant le capital de vie immanent on exprime un système de fantasmes et de spéculation sur la vie touchant à la Confiance, la Connaissance, le Pouvoir et la Richesse. Ici donc le comportement issu de l’Attitude et l’impact sur la Nature et le marché est recherché dans une idée de jouissance temporaire et de domination.

Le Spéculateur en économie de marché est représenté par l’homo oeconomicus.

Les valeurs qui animent le Spéculateur sont :

1 : « Le Temps c’est de l’argent»
2 : « Vivre le moment présent »
3 : « Toute vérité n’est pas bonne à dire » (Secrets)
4 : « Tout s’explique »
5 : « Plus, c’est mieux »

Dans la Correction, les Capacités comblent un déficit de Capital. Dans la spéculation, le Capital sublime les Capacités. La Qualité (Vie) demande un effort de promotion par les Capacités et un effort de charisme pour le Capital. L’Attitude issue de la Nature simple de l’être et de la Vie se compose donc de ces deux points (Capital et Capacités ; Âme-esprit et Âme-charnelle) qui créent les deux flux (information et monnaie ; Sentiment et Énergie) associés à la valeur (fréquentation, pouvoir et qualité) du marché communautaire (patrimoine commun ou corps) devant être conservé.

Le Calme intérieur (permanence) vient du Courage (Attitude), de la Confiance (immanence) et de la Croyance (transcendance).
La Définition constitue 7 versets du Calme retrouvé de l’Arbre et guidance de l’Esprit de Correction au nom de Dieu pour laver un karma de transgression vis-à-vis du Temps (idolâtrie de chronos) par le lâcher-prise.

PARTIE VI. IMPORTANCE DU PARTAGE : LES PARCOURS DE VIE

L’immanence de Dieu est adorée à travers Ses Attributs grâce à l’Islam, Ce qui est souligné par la phrase “point de contrainte en religion” de Seydina Mohamed (psl)pour vivre la Vérité dans le culte rendu à Dieu (piété). Elle appelle un acte de soumission à l’immanence de Dieu.

La transcendance de Dieu est sanctifiée à travers Ses Actions grâce à l’Animisme. Ce qui est souligné par la phrase “N’ayez pas peur” de Seydina Issa (psl) pour manifester l’Amour dans le rapport au Monde, à la Terre et au Ciel (vicariat). Elle appelle un acte d’abandon à la transcendance de Dieu.

Nous suivons le parcours de l’Attitude et de l’énergie dans le cadre de la correction.
*Pouvoir

Les codes de couplage pour l’équilibre en Capital (objectif) de chaque homologue et se font avec la Qualité de Vie (Éco animiste) et Capacités (Spéculateur) D – M et f – d. Les sommets F et a sont des points uniques accomplis en Capital.

Transcendance et Immanence conjointe en Qualité

La partie sécante des parcours représente l’optimum du pouvoir économique (calme silencieux retrouvé) des acteurs l’un (l’Éco Animiste) par motivation et l’autre (le Spéculateur) par maturation.

Isolons les deux tronçons de vie :

Parcours de vie Transcendant.

 

L’acteur Éco animiste s’accomplit (trouve sa définition à moyen parcours) d’abord puis cherche à s’enrichir (par contrainte d’image).

Parcours de vie immanent

 

Le spéculateur de l’économie de marché veut s’enrichir d’abord (le plus vite possible à moyen parcours pour en avoir l’usage) avant que sa vie ne s’arrête (peur du manque de temps pour s’accomplir).

Description des parcours
L’Attitude simple que reflète l’acteur Éco Animiste se définit par l’Amour simple (volet interne ou disposition intérieure ; philosophie de vie) et la Richesse simple (volet externe ou comportement ; pouvoir économique).

La libido (Plaisir) de possession engendre une énergie latente (inertie ; potentiel créatif) soumise à la gravité qui mène notre désir pour les flux monétaires (matière; énergie). Ce désir vient combler un vide ou besoin constant et stable. Dans ce cas, il y a faiblesse de capital (patrimoine potentiel) et excès de capacités (temps/sentiment d’action) et on est sujet à l’angoisse et donc à ce que j’appelle la possession via les biens projetés. Ainsi vouloir (idée de mouvement vers) posséder les biens mène à la possession par la peur associée à la valeur qu’on porte à ces objets. Par exemple l’angoisse vécue dans l’accomplissement du volet humain de son projet pour disposer d’assez de ressources monétaires (force vitale) pour soi et sa famille/communauté). Garder ses « mains vides » en matière i.e. ne pas se lier au contenu de la Richesse (Provision) mais à son sens voire son essence libère de cette possession. Le parcours transcendant est donc dans un premier temps une quête d’accomplissement de vie et des Capacités pour atteindre volet interne de la définition de l’Attitude simple, l’Amour simple ou Fréquentation-Amitié (F.A.). L’initiation spirituelle aide à le révéler par lâcher prise pour qu’il serve de guide et d’attribut tout au long de la quête mais cela reste une démarche personnelle. C’est une guérison (par simplicité) du manque de confiance en soi et en la voie de transcendance de son destin (outrance et transgression vis à vis du Temps par le « faire ») qui n’est pas propice à la suite de la quête qui est celle de la Richesse simple. Puis, l’excitation de la libido engendre un train de stimuli sur la conscience (spontanéité ; processus réactif), mène notre désir par les flux d’information (Esprit; conscience). Ce désir vient engendrer des pulsions ou besoins ponctuels et insaisissables. Dans ce cas, il y a comble de capital et faiblesse de capacités et on est sensible aux stimuli ou appels du cœur (âme, projet divin) ce qui engendre donc l’impatience ou la spéculation via les pensées projectives. Ainsi vouloir (idée de potentiel de) connaitre le futur mène à l’impatience ou spéculation sur l’information (sur son projet). Par exemple la perfection suivie dans la qualité et la performance de son projet pour satisfaire une information (Sentiment) sur soi ou l’environnement. Garder ses « mains vides » en esprit i.e. ne pas se lier à l’orchestration du Sentiment (Providence) mais à sa force et à son moteur libère de cette spéculation. Le parcours immanent est donc, quant à lui et dans un deuxième temps, une quête de construction de patrimoine pour atteindre le volet externe de la définition de l’Attitude simple, la Richesse simple ou Richesse-Action (R.A.). L’impact médiatique aide à la relever par les méditations pour qu’il serve de lead et de conversion tout au long de la quête et cela reste une démarche professionnelle. C’est une guérison (par correction) de l’insuffisance de revenu et de la dette immanente à son destin (entrave à la spiritualité contemporaine par la limitation) qui n’est pas propice à l’élévation nécessaire pour le retour gagnant dans l’au-delà. Donc la quête commence par le renoncement à la possession de ce que l’on cherche dans le but de s’accomplir pleinement (et non superficiellement) d’abord puis se termine par la construction quotidienne du patrimoine sans anticipation de ce que l’on peut simplement (et non parfaitement) acquérir dans son temps de vie (par l’effort). Cela implique de prévoir la transmission du patrimoine en construction. Il existe une zone de médiation ou zone de modération dans laquelle le changement de Pyramide ou de Karma-Action (K.A.) se fait par l’établissement ou non des Qualités pour l’affirmation de l’Attitude économique informelle (comme pendant du Système de marché). Ce Karma-Action influence la portée de l’accomplissement à l’aboutissement de l’une ou l’autre des quêtes. Il est constitué à la fois de la structure économique (Karma) et de l’effort fourni par l’acteur lui-même conformément à son destin (Action). Tous deux sont déterminés à l’étape de la définition. Le calme silencieux aide à la valoriser par l’exemple pour qu’il serve de mire et de connexion tout au long des requêtes où cela reste une démarche didacticiel.

Dans le cas où les Simples, Éco Animistes, homo animus, réduisent la longueur de la zone de modération nécessaire à leur correction de parcours, ils s’engagent dans la vie spirituelle avec tous les attributs du pouvoir acquis (limité dans le temps) et sont peu enclin à l’acquisition de biens matériels vu que tout les purifie. Leur parcours suit un cours sans confort et aboutit à leur inutilité en une âme dépourvue de portefeuille dans l’au-delà.

Le parcours inverse fait passer de l’excitation de la libido vers la richesse dans une quête de vie immanente pour ceux dont le capital est excessif et les capacités faibles. Puis de la richesse vers la libido de possession (« plus c’est mieux ») et enfin de la libido de possession à l’Amour simple ou Fréquentation-Amitié grâce à un capital réduit des capacités importantes (par l’abandon). Dans le cas où les Forts, Spéculateurs, homo oeconomicus réduisent la longueur de la zone de modération nécessaire à leur correction de parcours, ils jouissent de la vie terrestre avec tous les attributs du pouvoir acquis (non limité dans le temps) et sont peu enclin à l’élévation spirituelle vu que tout leur réussit. Leur parcours suit un cours sans effort et aboutit à leur destinée en une âme remplie d’orgueil dans l’au-delà.

On ne peut allonger la zone de modération indéfiniment au risque d’épuiser son capital ou ses capacités. Le but est d’équilibrer la répartition de départ pour plus d’équité : biens matériels suffisant sur Terre et éveil pour l’au-delà.

Importance du partage d’information et de monnaie
La zone de modération, partage ou de médiation se situe entre les effets (Amour simple ou Richesse simple) et les motivations (excitation de libido ou libido de possession) et permet à des parcours de se mettre en perspective. C’est la zone de compétition ou les deux types d’acteurs (éco animiste et spéculateurs) sont sur un pied d’équité voire d’égalité.

Le marché mondialisé, sous la perspective de l’Éco animisme se doit de rester dans la zone de partage ou de médiation pour que les échanges commerciaux soient équilibrés. Que l’on soit producteur ou consommateur on peut avoir l’attitude éco animiste ou spéculative. Avec l’hypothèse que la zone de partage (modération) est d’égale distance lorsque les deux parcours sont en rapport, la justice de la mise en compétition vient d’une part de la perception de fierté par l’éco animiste qui lui permet d’entamer sa quête de richesse. Et, d’autre part, de la réduction de la valeur des richesses des spéculateurs qui crée leur angoisse et leur possession entrainant des dérapages boursiers ou des scandales financiers. Ainsi l’homo animus et l’homo oeconomicus ne veulent pas la même chose mais vivent sur la même terre où les actions des uns influent sur les autres. On ne s’attaque pas au même problème pour créer une forme de nouveau marché économique. Les uns se doivent de changer de modèle économique et se réaligner sur un rapport à la richesse propre à leur identité profonde faite de spiritualité; c’est l’objet des 7 livres de la Méthode Ka. Les autres doivent renforcer leur prise de conscience quant à l’impermanence des ressources et matières à la base de leur richesse et de la durabilité de leur patrimoine. Les initiatives écologiques, de développement durable sont à privilégier à l’émigration spatiale. On le voit donc l’économie nécessite de nouvelles approches pour que l’écosystème terrestre soit préservé.

Le client est considéré comme un ami qui nous fréquente et qu’on fréquente qui adhère temporairement, partiellement ou totalement (banque) à notre communauté (liée à notre projet)

L’Éco animisme est donc une alternative à l’économie libérale sans être nominalement un substitut.

PARTIE VII. FORCE ET MOTEUR DE L’ÉCO ANIMISME

La Correction est la force et la Modération le moteur de l’Éco animisme. Elles permettent d’obtenir l’Attitude simple nécessaire à l’acteur économique pour croire, fédérer, prospérer et partager (Méthode Ka).

L’ensemble du corps de connaissance établi par THE WISEMEN COUNCIL est un projet ou Voie de recherche visant à éduquer et sensibiliser les acteurs économiques en général et Éco animiste en particulier à créer de la richesse et la libérer un sentiment de fierté à travers l’accomplissement en affaires à long terme. Les fonds issus du soutien et des dons permettent de contribuer à la rédaction et la mise à jour des cinq programmes d’étude : Le Manuel de référence de la méthode Ka, Les principes d’Éco Animiste, La technique de promotion Share Wiser, l’œuvre littéraire et la constitution de patrimoine (Inc. informel) par la plateforme thewisefundings.com

L’aboutissement de l’immanence (relative à l’Animisme) se trouve dans l’Amour simple ou Amitié qui est un accomplissement du Sentiment (Jn 14, 10) que rien n’entache (pureté) car dans le cas contraire l’âme ressent l’état de péché. De même l’aboutissement de la transcendance (relative à l’Islam) est la Richesse simple ou suffisance de revenu qui est un accomplissement de la Comportement (Coran XVIII 1-7) que rien n’entache (noblesse) car dans le cas contraire l’identité perd son authenticité. Les deux nourrissent l’Attitude (disposition intérieure et comportement) et définissent l sainteté. Ainsi, la Voie spirituelle Noire relative à celle des dieux de la civilisation négro-africaine dont est issu le premier pan du monothéisme (Jn 10, 34) est celle qui est ici proposée pour arriver à définir son « culte » (métier d’entrepreneur) par l’Attitude. Il s’agit d’une nouvelle manifestation de l’Énergie (Force vitale) à la base de tout qui se révèle gratuitement au-delà de toute tentative de privation de l’expression de ses signes ou de maintien dans l’ignorance des destinataires de sa doctrine spirituelle.

La Voie Noire privilégie l’Animisme comme culture et l’Islam comme mystique. Le terme Animisme étant mis pour l’abandon à Dieu dans son Immanence et l’Islam étant mis pour la soumission à Dieu dans sa transcendance. Vivre selon la Nature simple de la vie est donc d’être connecté à la Providence et au Temps pour obtenir l’Amour simple et la Richesse simple.

L’ensemble du cheminement peut s’illustrer ainsi :

 

La voie de la Simplicité de cœur, Correction de l’Attitude et de la modération de l’esprit

A partir de la nature simple, la Richesse simple s’atteint par la Promotion et l’Amour simple par l’effort de charisme dans l’Attitude. Richesse simple et Amour simple sont tous deux des outils pour s’affranchir respectivement de la dette économique (flux monétaire partagé avec l’Autre) et de la dette affective (flux d’information partagé avec l’Autre) qu’on peut contracter dans sa vie. Cette dette est l’équivalent spirituel du péché dans certains dogme religieux. Notons que la monnaie véhicule la richesse (d’où la nécessité de transcendance en affaires) et l’information véhicule le sentiment (d’où l’importance de la fréquentation en communauté). Le corps (le capital de vie de l’entreprise (actif) et son double virtuel (Ka)) est l’horloge dont il faut être conscient à tout moment pour recevoir les impulses (monétaire et d’information) de la part de l’environnement immédiat et générer une action constructive en retour. Le flux monétaire consiste en la circulation des devises issus des projets d’affaires par financement, exploitation et investissement tandis que le flux d’information consiste en la promotion du sentiment des consommateurs de l’utilité par richesse, confiance et plaisir. La pensée spéculative (projection financière) est une illusion qui masque artificiellement l’affichage de l’horloge (réalité comptable) présente par la connexion à la nature simple de la vie. Cette dernière est composée d’une culture et d’une énergie consciente. Un regain d’attention sur son état intérieur (indicateurs d’opération) permet de se recaler pour la prise de décision et la stratégie dans l’accomplissement du projet d’affaires. Le Double (Ka) est en lien avec la réalité d’équilibre et permanente de l’Entrepreneur qui appelle parfois à la mort spirituelle lorsque celle-ci est source de tension (certaine image de soi à tenir) dans l’Être (Energie Consciente et confiante). Le but est de maintenir la connexion à la nature simple de la vie et à la voie à travers un Esprit nouveau qui guide l’action au quotidien et invite au don de soi pour la vision du projet d’affaires.A partir de la véritable personnalité (capital et capacité) de l’entrepreneur qui est celle dont il a hérité de sa famille (de cœur) et qu’il doit apprendre à purifier par une voie (qualité) propice à son développement personnel en dépit de l’environnement critique auquel il doit s’adapter. Ici, cette voie se manifeste par deux orientations du Sentiment et de la Richesse dans l’esprit et le coeur (parties intégrantes de l’âme dont l’Attitude est la manifestation). La pensée (souvent malade de nos jours) est issue du conditionnement du corps et entretient l’environnement critique du projet d’affaires. C’est une illusion. L’une des orientations de la voie de correction appelle à un effort de charisme pour évoluer, c’est la voie immanente; l’autre appelle à un effort de promotion, c’est la voie transcendante . Ainsi pour ressentir l’Amour simple (Amitié) il faudra s’équilibrer dans une identité authentique (après une réappropriation de soi pour les plus faibles) pour affirmer sa Fierté. De même pour atteindre à la Richesse simple il faudra promouvoir (pro mouvoir) son projet avec une Intention Lean qui doit générer des efforts Lean et au final la qualité voulu pour vendre. Tous deux mènent au choix de la Simplicité comme attitude pour l’acteur économique et à la Modération dans le rapport aux Hommes et à la Nature.

« Observe la Définition et tu puiseras la force et le moteur de tes décisions pour ta structure Éco animiste »

PARTIE VIII. VISION DU FUTUR : MADE IN AFRICA

La libéralisation de l’économie mondiale et l’accès aux technologies de l’information a mis en concurrence, on le sait, plusieurs peuples sur des marchés où la spécificité n’est plus garantie à vie à une région ni une culture. La stratégie souvent adoptée en réponse à cela est une diversification des économies associées à l’exploitation de niches pour renforcer les avantages dus au potentiel des bassins de production des biens et services. L’Afrique n’est pas en reste et il semble opportun de définir, à un moment où les investissements se renforcent et se multiplient sur le continent, les éléments pouvant concourir à l’essor économique du continent africain. Il est apparu que sur le plan intrinsèque la force de ce peuple riche en culture, venait de ses fondements humains et du lien fort qui l’unit à ses traditions, spiritualités et au caractère informel des échanges. Faire commerce avec l’Afrique c’est aller à la rencontre de la diversité des profils présents sur un même continent. Cette disparité ne touche pas seulement la culture et les peuples mais concerne aussi les classes sociales. Continent reconnu comme le plus pauvre au sens de l’économie avec un IDH le plus souvent inférieur à 0,6; son PIB en 2008 atteignait seulement 2,62% du PIB Mondial. A l’heure actuelle les regards se tournent cependant de plus en plus vers cette terre qui affiche un taux de croissance soutenu et élevé. L’occasion pour nous de nous demander ce qui constitue réellement le « made in Africa » qui pourrait être l’atout économique à faire valoir pour le continent noir.

L’Afrique est la terre de consommation par excellence pourtant 80% de ses exportations viennent des produits primaires. Les pays possédant des ressources minières et des énergies fossiles tirent leur épingle du jeu selon le cours des matières exploitées par des grandes compagnies nouant des partenariats avec l’étranger. Les cours des minerais connaissent des hauts et des bas; les produits issus de l’agriculture sont fortement chahutés par la concurrence des autres régions tropicales, les productions intensives et subventionnées sans possibilités d’équilibre impartial. Ces matières premières sont transformées à l’extérieur et reviennent inonder la disparité des couches sociales. Les classes moyennes et aisées consomment alors des produits montrant les attributs de richesse et les classes pauvres se contentant du marché artisanal ou informel fortement alimenté par les produits à bas coût provenant de l’Asie et du Brésil.

Cette spécialisation dans le rôle de consommateur est tout de même favorable au développement du secteur des services. Ce dernier, en l’absence d’une industrie endogène, est limité à l’usage des solutions technologiques créées ailleurs et se contente alors de faire un profit commercial sur des produits manufacturés à destination des populations (cantonnées à la consommation rappelons-le) ainsi que d’offrir des services basés sur les modèles et tendances eux aussi conçus hors des terres du continent. Ce secteur des services génère le plus souvent des « success stories » à l’africaine par l’utilisation des outils de promotion adaptés à la population cible mais elles restent des structures issues de modèles exogènes gérés par des autochtones instruits pour des autochtones construits. Où se trouve alors le secteur industriel? Il est quasi inexistant à première vue. La raison à cela, souvent évoquée, est l’instabilité politique qui ne garantit pas des investissements lourds. On est loin des enjeux et jeux stratégiques et géopolitiques ou des efforts pour assurer l’exportation des matières premières nécessaires aux économies anciennement impériales (oligarchies) et celle des nouveaux partenaires au besoin tout aussi impérieux (only gâchis). Le secteur industriel s’étire et s’étiole donc entre une richesse du sous-sol surexploitée et une richesse d’initiative dans le secteur des services en suractivité sans point d’ancrage médian dense. Son développement demeure une nécessité qu’on ne peut indéfiniment remettre à un futur plus que parfait. Où est alors le made in Africa qui assurerait une diversification des exportations et une amélioration de ses revenus? Est-ce que les produits primaires que les consommateurs hors Afrique ne perçoivent même pas toujours venant de ces régions sont la seule signature que laisse l’Afrique dans l’économie mondiale?

Et bien non! Bien que n’ayant pas encore une industrie forte, les produits manufacturés en provenance de l’Afrique portent tous le sceau de l’étiquette ETHNIQUE voire éthique. Nous vendons notre culture et une façon de “faire à l’africaine”. En l’absence d’industrie forte de produits manufacturés c’est l’artisanat, les PME et PMI qui sont les ambassadeurs du made in Africa ce qu’un diamant extrait dans une mine d’Afrique du sud ne saurait faire pour le continent et sa diaspora. L’acteur économique africain est caractérisé par une grande créativité et une force dans l’échange informel. A partir de peu on fait autant. Ces initiatives sont très souvent tournées vers les besoins primaires de l’entrepreneur lui-même avant de connaitre un meilleur développement lorsque le projet est géré habilement et a une vision de croissance et de constitution d’un patrimoine à transmettre. Les domaines de l’art, de la mode et du commerce de produits communautaires, de la restauration, de la beauté et autre commerces informels sont les porte-flambeaux du made in Africa. Cela reste artisanal, simple et facile d’accès aux potentiels nouveaux entrepreneurs. Ainsi la barrière à l’entrée est faible ce qui alimente la diversité et à grande échelle ce que j’appelle l’effet de genre (et non une simple tendance ou mode). Il y de la place pour tout le monde semble-t-il quand la spécialisation vient de la demande et non de l’offre.

La faiblesse de ce secteur est cependant son impact sur l’économie régionale et mondiale. On l’a déjà dit, l’économie informelle comble des besoins primaires. L’effet de volume peut créer une masse critique et un Inc national fait de l’agrégat de ces structures nucléaires poserait aussi une question de concurrence forte, de saturation du marché et in fine d’intégration économique.

Le point important qui ressort donc du fait que le made in Africa soit marqué par son caractère ethnique est qu’il peut être utilisé judicieusement pour rajouter du Sens à la production manufacturière des pays industrialisé dont les produits inondent le continent. Transformant ainsi l’économie informelle en entrepreneuriat expert. Par exemple utiliser la technologie existante pour créer un réseau social à consonance ethnique est une forme de made in Africa. Nous l’avions annoncé dans un précédent article « Civilisation noire contemporaine »* des pistes sont à suivre pour créer une industrie de la transformation, de la reconversion voire du recyclage. Ce dernier point reste pertinent face au cycle de plus en plus court de consommation et d’obsolescence dans les pays industrialisés. Mais nous ne souhaitons pas figer l’Afrique dans un rôle d’insufflateur de seconde vie après la phase de déclin du cycle vie d’un produit. Bien plus encore à jouer est le rôle de création de valeur ajoutée à donner aux produits manufacturés pour lesquels la créativité africaine pourrait librement s’exprimer. Que dire d’une tasse de porcelaine conçu à bas-coût en Chine qui atterri sur les étals d’un magasin à bas-cout dans une grande cité occidentale et la même tasse qui arrive sur l’étale d’un magasin pour classe moyenne dans un pays d’Afrique? C’est une simple conséquence de l’échelle des niveaux de vie régionaux. Mais si l’industrie de la reconversion, dont il est question, prend en charge cette tasse et y rajoute une touche ethnique et un sens culturel profond qui personnalise l’objet et justifie une revente à une classe moyenne et riche tous continents confondus, l’offre de marché se crée et peux rencontrer un besoin lié à l’évolution du raffinement et des mentalités humaines. Inutile de dire que l’essor du commerce éthique et responsable joue en faveur de cette idée compte tenu des défis du continent et du nécessaire partage de revenu généré pour l’épanouissement des communautés. Le made in Africa ressemble ainsi aux « made in » ethnique des peuples dits pauvres qui sont coupés de la production technologique (secteur secondaire) et qui vivent du primaire et du tertiaire. La plus-value ici est la limitation du recours aux ressources (qui se raréfient) par ce recyclage créatif. On définit par là même, une sorte de secteur “quaternaire” de création du Sens qui ajoute de la valeur aux trois autres secteurs. Dans le cadre d’une stratégie maintenue dynamique, l’entrepreneur ethnique communique son identité à son produit ou son service. Cette industrie de la reconversion associée à la force du commerce éthique et responsable appelle à des engagements forts des consommateurs pour ne pas céder aux contrefaçons éventuelles des modèles personnalisés issue d’une concurrence déloyale jouant sur la baisse des coûts et des temps de fabrication par effet de volume, la maîtrise technologique et la main d’œuvres bon marché. Nous vendons une personnalisation ethnique pas une prolifération cupide. On le voit l’espace est encore vierge pour développer une industrie forte aux accents du continent. Aux investisseurs de saisir l’opportunité de se lier à la reconstruction de la prospérité du Peuple Noir: « made in Africa » prend plutôt l’allure d’un « maid in Africa » riche en potentialité. Alors à quand la dernière housse pour iPhone d’un créateur africain créant un engouement et une plus grande attente que le téléphone lui-même?

« La créativité est l’atout majeur de toutes les couches pauvres à travers le monde et la signature ethnique est ce qui les différencie et leur permet de s’affirmer »

* paru dans le livre « Le point, quatre saisons pour reconstruire », Arnaud Segla, Édition THE WISEMEN COUNCIL

Conclusion

L’Afrique s’apprête à franchir le seuil du milliard d’habitant et sa population sera essentiellement constitué de jeunes de moins de 20 ans. Si les infrastructures disponibles ne permettent pas d’assurer à cette génération un minimum d’éducation, l’accès à des soins de santé publique et surtout un marché de l’emploi performant leur permettant de puiser une source de revenu stable, nous serons alors assis sur une bombe à retardement qui concernera le monde entier. Un « boom! » menaçant qui ne concernera pas une forte croissance des naissances mais bien l’inverse une catastrophe sociale où la mort recrutera son armée parmi cette génération. On note déjà l’instabilité crée par la récupération par des groupes d’influence géopolitiques de ces jeunes dans des troubles qui frappent les régions les plus riches en ressources et pauvres en matière de niveau de vie. Donner des débouchés à ces jeunes c’est réduire l’influence des systèmes pernicieux ou mafieux; impériaux (voire condescendant) ou vénaux. En effet, compte tenu des intrications des gouvernements locaux il est mieux que l’effort d’affirmation vienne d’acteurs économiques indépendants qui œuvrent avec leurs propres moyens. Nul n’a plus intérêt à voir cette jeunesse sortir de cette ornière de désespoir qui les pousse à la violence que l’Africain lui-même et cet effort d’affirmation doit être le fruit d’une intense contribution de la diaspora africaine. L’idée générale de la portée du mouvement et de la dynamique qu’on souhaite imprimer à la présente génération d’acteurs économiques des communautés culturelles, est de se donner une alternative de fonctionnement sous forme de modèle conceptuel aux entrepreneurs ethniques des diasporas et leur permettre de créer un patrimoine personnel et communautaire afin d’envisager de créer des emplois et des débouchés dans leur régions d’origine en général et en Terre d’Afrique en particulier. Ces initiatives visant ces jeunes doivent se faire par le truchement des moyens technologiques tels Internet et la téléphonie mobile. L’impact sur le commerce informel n’en sera pas négligeable non plus, en ce sens qu’il renforcera sa structure et offrira à l’économie mondiale un apport identifié et identitaire de ces régions à travers la créativité (pour les produits) et la transversalité des compétences (pour les services). Cet apport tire sa source des qualités d’abnégation, d’authenticité et de simplicité de ces peuples très divers. En effet l’Homme africain est doué pour apprendre des autres pour en faire un usage professionnel et personnel parfois au détriment de sa propre culture ou héritage. C’est donc la performance économique des entrepreneurs ethniques qui doit être source de paie et de paix pour la terre économique dont ils sont issus. Ils sont au cœur d’un nouveau Rappel sur la non prise en compte des marginalités et du concours pour la suffisance de revenu : « Chaque Homme est important aux yeux de Dieu ». Le moment est donc venu d’enrayer, jusqu’à sa disparition, un système de domination qui subsiste à travers les âges et d’ouvrir la perspective d’espoir que les générations futures de jeunes pourront vivre un nouvel âge d’or de l’économie africaine sous l’égide des dieux et de Dieu.

Annexe

Il y a donc une sainteté générale et une particulière, comme il y a une prophétie générale libre et une autre particulière et spécifique (nubuwwakhāssamuqayyada). La sainteté générale, la prophétie générale inconditionnée et prophétie particulière et spécifique ou prophétie légiférante (nubuwwat” l-tachrī’) ont commencé avec Adam lequel est saint et prophète : sa prophétie est à la fois générale et particulière et elle est légiférante. La prophétie légiférante a pris fin avec Muhammad (P.S.L.) et nul n’aura plus cette fonction après lui. Quant à la prophétie générale libre – donc non légiférante – elle désigne la station de la proximité (maqām al-qurba) et se situe entre la station de la véridicité (maqām al-siddīqiyya) et celle de la prophétie particulière laquelle est légiférante. [La station de la proximité] est celle des “solitaires” et sera scellée par Jésus et personne ne l’obtiendra après lui. A chaque fois que le Cheikh Muhyil-din, dans ses Futūhāt ou ailleurs, déclare que Jésus est le sceau de la sainteté en tant que telle ou le sceau des saints en tant que tels, il faut comprendre qu’il s’agit alors de prophétie générale inconditionnée et c’est là la station des “Solitaires” comme le Khidr ou comme le maître par excellence Muhyil-din.
[…] En résumé: Avec le Cheikh al-Akbar, la sainteté par héritage mohamédien se trouve scellée. Ce dernier faisait partie des “solitaires” qui possèdent la prophétie générale libre et l’héritage muhammedien. Après lui, il n’y aura donc plus d’héritier muhammedien. Avant lui, certains “Solitaires” possédaient cet héritage. Le Mahdi attendu à la fin des temps sera un “solitaire” mais ne possédéra pas l’héritage muhammedien. De son côté, Jésus est le Sceau de la sainteté libre qui correspond à la prophétie générale. Voilà pourquoi il la manifestera sans aucune restriction. Après Jésus, il n’y aura plus de saint ayant atteint la station des “solitaires” (al-fardiyya).
Extrait de l’Annexe V, Le Mahdi et ses conseillers, Ibn Arabi.

Références

Le Mahdi et ses Conseillers, Une sagesse pour la fin des temps, Ibn ‘Arabi, Édition Mille & une lumièeres 2006

L’économie informelle en Afrique subsaharienne, Komi DjadéL’harmattant, 2011

Les deux principes de la thermodynamique, applications, PSI Brizeux

Systèmes Linéaires Continus Invariants 2, TSI 1, Lycée Jules Ferry, Cannes

Théorie des Circuits, Annexe I Transformée de Laplace, Faculté Polytechnique de Mons

Dictionnaire de management de projet, AFNOR 2010

Animismes-Les religions païennes de l’Afrique de l’ouest, J.C. FROELICH, Éditions de l’orante 1964

Dans notre Collection

La firme The Wisemen Council et Arnaud Segla se sont engagées à publier des livres numériques selon trois lignes éditoriales à savoir « le Développement économique », « l’Identité ethnique » et « le Développement durable ». Notre but est d’accompagner l’effort de réappropriation du Futur économique et le renouveau de la civilisation Noire dans une logique de valorisation et de partage aux autres cultures de sa philosophie et de son Attitude informelle. Notre collection s’inscrit dans le cadre du projet de recherche empirique de son Think Tank, la Méthode Ka, ainsi que de ses activités de consultation en Stratégie de projets.

Publié à ce jour :
Collection Développement économique :

Catégorie Analyse
Un aperçu des défis au sein de la communauté des entrepreneurs ethniques, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2015, ISBN: 978-2-924872-24-6

An overview of the challenges within the ethnic entrepreneur community, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2015, ISBN: 978-2-924872-21-5

L’entrepreneur informel entre efforts et peu de richesse, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-22-2

The informal entrepreneur between efforts and little wealth, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-23-9

Catégorie Guides

Une entreprise ethnique en 40 heures, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2014, ISBN : 978-2-924872-20-8

Business in the box, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2014, ISBN: 978-2-924872-13-0

L’art de s’intégrer par l’entrepreneuriat, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2014, ISBN : 978-2-924872-15-4

Successful Citizens through entrepreneurship, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2014, ISBN: 978-2-924872-19-2

Stratégie de projetsethniques, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-17-8

Ethnic Project strategy, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-14-7

Réussir par la voie Informelle, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN : 978-2-924872-16-1

Succeeding through the informal way, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-18-5

Catégorie Manuels

Attitude, Correction, Simplicité et Modération, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2017, ISBN : 978-2-924872-41-3

Introspection, Intuition, Réalisme et Indépendance, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2017, ISBN : 978-2-924872-52-9

Catégorie Précis

Comment fonder mon entreprise Informelle, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN : 978-2-924872-03-1

How to settle my informal enterprise, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-04-8

Comment présenter mon projet informel à des personnes a ressources, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN : 978-2-924872-05-5

How to present my informal project to people of resources, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-06-2

Comment créer mon entreprise ethnique, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN : 978-2-924872-07-9

How do I create my ethnic business, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-08-6

Comment lancer mon entrepriseethnique, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-09-3

How to launch my ethnic business, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-10-9

Comment faire durer mon entreprise ethnique, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-11-6

How to make my ethnic business last, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2016, ISBN: 978-2-924872-12-3

Catégorie outils

Gabarit pour rédiger un plan d’affaires informel, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN :978-2-924872-31-4

Template to write an informal business plan, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN:978-2-924872-32-1

Gabarit pour rédiger un plan de stratégie Marketing informel, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN :978-2-924872-33-8

Template to write an informal strategic Marketing plan, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN: 978-2-924872-34-5

Collection Identité ethnique :

Catégorie Citations

Les Anges dans l’esprit, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2014, ISBN : 978-2-924872-25-3

Catégorie Nouvelles

Le Point, quatre saisons pour reconstruire (édition révisée), Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2013, ISBN 978-2-924872-26-0

Au nom de l’a-guère, le jour du réveil, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2015, ISBN : 978-2-924872-27-7

Catégorie Méditations

Le Calme retrouvé de l’Arbre, Tome I, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN : 978-2-924872-42-0

Le Calme retrouvé de l’Arbre, Tome II, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN : 978-2-924872-43-7

Le Calme retrouvé de l’Arbre, Tome III, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN : 978-2-924872-42-0

Le Rat psalmiste, de là part, de mon cœur, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN : 978-2-924872-51-2

Catégorie Prose

Le Cri de la Calebasse, Arôme antique, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN : 978-2-924872-35-2

Le Cri de la Calebasse, Perles d’exil, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN : 978-2-924872-36-9

Le Cri de la Calebasse, Oasis à l’orient, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN 978-2-924872-37-6

Le Cri de la Calebasse, Noir Mystère, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN : 978-2-924872-38-3

Catégorie Roman

The Black Kingdom, la voie des dieux, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2013, ISBN : 978-2-924872-28-4

Arc en ciel, Gougoune j’aurais ta peau!, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN: 978-2-924872-50-5

Collection développement durable :

Catégorie Méthode Ka
Introduction à la Méthode Ka, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2013, ISBN : 978-2-924872-30-7

Introduction to the Ka Method, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2013, ISBN: 978-2-924872-29-1

Charte de projet de la Méthode Ka, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2012, –

Concept Ka, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN: 978-2-924872-40-6

Ka Concept, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN: 978-2-924872-39-0

Ka Concept Ka, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN: 978-2-924872-49-9

Fondements de la Méthode Ka, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN : 978-2-924872-45-1

Fondementsd’ÉcoAnimisme, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN: 978-2-924872-46-8

Fondements de la Technique Share Wiser, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN : 978-2-924872-47-5

Fondements de la Philosophie du Lean Intention, Arnaud Segla, The Wisemen Council, 2018, ISBN : 978-2-924872-48-26

Ces livres sont disponibles à ce jour sur Amazon.

Le Conseil des Sages est une firme de conseil en stratégie de projets ethniques et informels. Depuis 2009, elle se spécialise dans la mise en place de pratiques de gestion simple, efficaces et sur mesure pour une meilleure performance et compétitivité des projets d’entrepreneurs et d’organisations évoluant dans un environnement financier critique. Le Conseil des Sages a développé une méthode alternative, la Méthode Ka, qu’elle propose à certains acteurs économiques dans le cadre de son Think Tank.

«La foi est notre force et notremoteur»
Croire
Fédérer
Prospérer
Partager

© THE WISEMEN COUNCIL 2012-2018

Open chat
Hello. Welcome on ECO World Foundation. How could we help you?
Salut. Bienvenue sur la Fondation du Monde ECO. Comment pourrions nous vous aider?